DIERICK

NNaître en 1963 dans un petit pays, plat, dans lequel deux communautés, pourtant complémentaires s'opposent ..forcément ça invite à arpenter les reliefs et à choisir une alternative.. la planète rock.

ça tombe bien son père, batteur des "Allstars" dans les années 50 lui donne sa première piqûre : Jerry Lee Lewis, le king, et, loin devant les autres...l'homme en noir : Johnny Cash.
Mais sa mère veille au grain : Bach, Schubert et l'opéra. Résultat dans les années 70 : Queen ( côté Brian ), les Pistols, côté Rotten ou JJL (John Joseph Lydon ) pour les intimes et ... on the river side.. Ry cooder et la "slide area"..

Le tout "déstructuré dans un plan indécis" car Dierick étudie parallèlement l'architecture et la scénographie aux beaux arts de Bruxelles. Il échappe (presque) à certains outrages ultra acidulés des années 80 grâce à un détour par la case Nashville et Paris... Texas ,
bien avant l'iphone et les deux tours ! .. ça aussi, ça laisse au bout de ses doigts de guitariste des accords indélébiles.

S'en suivent des années, des métiers, de la musique et des sons , de la danse ; détour par le Ballet du GTG ( Genève ), des sommets de bonheur et des abîmes de tristesse.( and reverse ).

50 ans à s'éviter lui même, à tomber, à se raccrocher de branche en branche à amortir la chute jusqu'au sol, dur et sec. Ground Zero.
Aujourd'hui, l'amour est là et il repart sur les routes du rock au volant d'une 280 SE de 1975, dans le coffre: une Yairi parlor, unique et noire, un JCM et un sherman ( V1 !,..les amateurs comprendront ).

Son nouveau projet DHZ ( Die Hertz Zone) est ambitieux et tend vers un mouvement, un courant qui entraine avec lui différentes formes et différents artistes.

Voilà qui est Dierick, voilà ce qu'il raconte dans ce premier épisode " Die Hertz Zone"...

Tant d’amour jamais ne peut être écrit.
Le tenter toutefois illustre et nous épargne l’oubli.

Dierick

Pure beauty from heaven

Là se nichent des éléments en provenance du cœur, sans passer par la case départ.. (no comment ) ; à proximité immédiate et irréfutable du tout puissant.

Pure beauty from hell

Plus subtil, .. « Enfer du haut de tes cimes j'entrevois la lumière.. » le paradoxe d'une image dont la vision au premier degré semble négative, noire ou répulsive mais qui en vérité tant , par le biais d'un prisme positif, averti, intelligent, tend à une lecture plus éclairée plus lumineuse, plus belle.